Les flaques de Narcisse - 2020

Grès, Engobes, Oxydes, Verre

Les flaques de Narcisse est une série initiée en 2020, qui se compose d’une demi-douzaine de sculptures. Ces sculptures sont nées d’expérimentations plastiques où l’artiste a travaillé différents matériaux à très haute température. Observant les propriétés de fusion du verre, des pigments, des minéraux, etc., il produit de nouvelles gammes, de nouveaux effets et de nouvelles formes, desquelles émergent des micros mondes. Certaines sculptures évoquent un morceau d’écorce et tiennent au creux de la main; d’autres, de taille plus imposantes, suggèrent un fragment de paysage.

Le travail de Victor Levai naît souvent de l’observation de phénomènes naturels, dont il explore les possibilités plastiques et symboliques. Originaire du Pays Basque, Victor Levai passe beaucoup de temps à regarder les montagnes et l’océan, dans une contemplation quasi méditative. « Un des sujets à fort potentiel poétique auquel je me suis intéressé́ au début de l’année, que l’on peut aussi bien observer au creux d’un rocher, entrain de stagner sur les bords d’un ruisseau, ou dans un morceau d’écorce détaché́ de son arbre, est la flaque, l’eau stagnante, la marre », explique l’artiste. « Cette manifestation patiente et endormie de l’eau, parait tout ce qu’il y a de plus inerte et ordinaire, mais produit des formes esthétiques et plastique puissantes, d’une diversité́ exceptionnelle, qui entretiennent un lien fort à l’abstraction .» 

La flaque appartient à cet ensemble de formes produites par accident, décrites par l’homme de lettres Roger Caillois (1913-1978) comme le résultat « de multiples causes, ou si l’on veut, de multiples hasards conjugués ». Comme la flaque épouse les dépressions du terrain, le verre porté à haute température ruisselle sur son support pour y trouver son chemin. Ainsi, quand la rencontre du kaolin, du quartz et de la silice évoque le minéral, le verre fondu évoque quant à lui l’univers aquatique et ses profondeurs insondables, propices au développement des figures de l'imaginaire.

 

La petite flaque devient alors miroir et évoque le mythe de Narcisse, prisonnier de son reflet, dont le regard captivé par la surface ne pénétrera jamais la beauté de ce que l’on trouve de l’autre côté de l’eau. « Lorsque l’on passe a coté d’une flaque, on peut regarder sa surface, sa forme, les reflets qui s’y forment, mais aussi regarder le fond et se laisser aspirer(...) Chacune de ces formes statiques enferment un tableau caché », affirme l’artiste.

Jouant sur les échelles et sur notre perception, l’artiste nous invite à pénétrer de l’autre côté du miroir et à voir la beauté dans toute chose, sans soucis de hiérarchisation ou de noblesse. 

Anaïs Montevecchi 

Victor Levai miroir de narcisse n°1.JPG
Victor Levai miroir de narcisse n°2.JPG

Faque de Narcisse  n°1 - 12x 6x 2cm

Victor Levai miroir de narcisse n°3.JPG

Faque de Narcisse  n°2 - 10x 6x 2cm

Victor Levai miroir de narcisse n°4.JPG

Faque de Narcisse  n°3 - 10x 6x 4cm

Victor Levai miroir de narcisse n°6.JPG

Faque de Narcisse  n°4 - 9x 6x 1cm

Victor Levai miroir de narcisse n°6.JPG.

Faque de Narcisse  n°5 - 9x 5x 3cm

Victor Levai miroir de narcisse détail.J

Faque de Narcisse  n°6 - 12x 5x 3cm

Victor Levai miroir de narcisse détail 1

Faque de Narcisse  n°1 - détail - 12x 6x 2cm

Faque de Narcisse  n°2 - détail - 10x 6x 2cm